Identification de la formation
Code de formation: 
8071
Domaine - Formacode: 
information scientifique et technique

- Bref rappel sur les données de la recherche : définition et enjeux, cycle de vie
- La plan de gestion des données : QQCOQP (qui, quoi, comment, où, quand, pourquoi)
- DMP-Opidor, un outil d’aide à la rédaction (atelier pratique)
- Modalités juridiques actuelles, panorama des modèles de PGD existants et obligations liées aux financements
- L’évaluation des PGD par les financeurs (atelier pratique)
- Valoriser son PGD : publier un data paper

Contenus pédagogiques
Objectifs: 
Un Plan de Gestion des Données (PGD, aussi appelé DMP pour Data Management Plan), est un document plus ou moins formalisé qui décrit la façon dont les données liées à un projet de recherche vont être utilisées et manipulées en amont, pendant et à l’issue du projet. Avant tout outil interne d’aide à la conception d’un projet de recherche et à la définition de bonnes pratiques, il s’agit également d’une pièce à usage externe, dont la rédaction est exigée par de plus en plus de financeurs de la recherche. L’ANR (depuis 2018) et la Commission européenne (depuis 2017), entre autres, exigent ainsi des chercheurs qui soumettent une demande de financement qu’ils fournissent un plan de gestion détaillé des données de recherche qu’ils comptent utiliser. Ce document permet entre autres de déterminer avec précision quelles données de recherche pourront être mises à la disposition du plus grand nombre, dans un souci de transparence scientifique et de partage des savoirs. Mais à quoi ressemble exactement un PGD ? Quelles sont les informations indispensables à y inscrire ? Existe-t-il des modèles ? Comment inscrire ce travail chronophage dans un projet de recherche et le valoriser ? Est-ce vraiment bien utile ? Objectifs : Cette formation est destinée en priorité aux chercheurs et doctorants, qu’ils soient ou non porteurs de projets de recherche. Elle vise à présenter en détails le concept de « plan de gestion des données », et en quoi ce document, qui peut apparaître comme un fardeau administratif supplémentaire dans la course au financement, peut en réalité apporter de nouvelles pistes de réflexion dans la recherche, en permettant au chercheur de s’interroger sur les bonnes pratiques à adopter à toutes les étapes d’un projet, et notamment avant son lancement. La formation sera également l’occasion de découvrir les nombreuses ressources et outils qui sont à la disposition des chercheurs pour leur faciliter la rédaction, ainsi que les options qui s’offrent à eux pour valoriser ce travail. À l’issue de la formation, le stagiaire sera capable de : - Donner une définition de ce qu’est un plan de gestion des données - Citer les questions auxquelles doit répondre un PGD - Discerner les cas dans lesquels la rédaction d’un PGD est obligatoire de ceux dans lesquels il n’est qu’utile - Comprendre en quoi la rédaction d’un PGD participe du mouvement de la science ouverte (open science) - Utiliser l’outil DMP-Opidor pour rédiger un plan de gestion des données - Connaître les critères selon lesquels la Commission européenne évalue un PGD, et auto-évaluer son propre DMP - Donner une définition de ce que sont un data paper et un data journal, et savoir où trouver de telles ressources Une autre session de formation de formateurs aux DMP sera plus spécifiquement destinée aux professionnels de l'infodoc susceptibles d'accompagner les chercheurs dans cette entre
Public visé: 
tout public
Résultats attendus de la formation: 
Un Plan de Gestion des Données (PGD, aussi appelé DMP pour Data Management Plan), est un document plus ou moins formalisé qui décrit la façon dont les données liées à un projet de recherche vont être utilisées et manipulées en amont, pendant et à l’issue du projet. Avant tout outil interne d’aide à la conception d’un projet de recherche et à la définition de bonnes pratiques, il s’agit également d’une pièce à usage externe, dont la rédaction est exigée par de plus en plus de financeurs de la recherche. L’ANR (depuis 2018) et la Commission européenne (depuis 2017), entre autres, exigent ainsi des chercheurs qui soumettent une demande de financement qu’ils fournissent un plan de gestion détaillé des données de recherche qu’ils comptent utiliser. Ce document permet entre autres de déterminer avec précision quelles données de recherche pourront être mises à la disposition du plus grand nombre, dans un souci de transparence scientifique et de partage des savoirs. Mais à quoi ressemble exactement un PGD ? Quelles sont les informations indispensables à y inscrire ? Existe-t-il des modèles ? Comment inscrire ce travail chronophage dans un projet de recherche et le valoriser ? Est-ce vraiment bien utile ? Objectifs : Cette formation est destinée en priorité aux chercheurs et doctorants, qu’ils soient ou non porteurs de projets de recherche. Elle vise à présenter en détails le concept de « plan de gestion des données », et en quoi ce document, qui peut apparaître comme un fardeau administratif supplémentaire dans la course au financement, peut en réalité apporter de nouvelles pistes de réflexion dans la recherche, en permettant au chercheur de s’interroger sur les bonnes pratiques à adopter à toutes les étapes d’un projet, et notamment avant son lancement. La formation sera également l’occasion de découvrir les nombreuses ressources et outils qui sont à la disposition des chercheurs pour leur faciliter la rédaction, ainsi que les options qui s’offrent à eux pour valoriser ce travail. À l’issue de la formation, le stagiaire sera capable de : - Donner une définition de ce qu’est un plan de gestion des données - Citer les questions auxquelles doit répondre un PGD - Discerner les cas dans lesquels la rédaction d’un PGD est obligatoire de ceux dans lesquels il n’est qu’utile - Comprendre en quoi la rédaction d’un PGD participe du mouvement de la science ouverte (open science) - Utiliser l’outil DMP-Opidor pour rédiger un plan de gestion des données - Connaître les critères selon lesquels la Commission européenne évalue un PGD, et auto-évaluer son propre DMP - Donner une définition de ce que sont un data paper et un data journal, et savoir où trouver de telles ressources Une autre session de formation de formateurs aux DMP sera plus spécifiquement destinée aux professionnels de l'infodoc susceptibles d'accompagner les chercheurs dans cette entre
Modalités d'alternance: 
pas d'alternance
Conditions spécifiques: 
Savoir lire l'anglais professionnel Savoir utiliser un navigateur internet Connaître les grandes lignes du fonctionnement de la recherche en France
Déroulement du stage
Modalités d'enseignement: 
Formation entièrement présentielle
Lieu (Coordonnées): 
Durée (heures): 
6 heures
Période de formation: 
Je, 28/11/2019
Inscription
Période d`inscription: 
Je, 28/11/2019 - Di, 01/12/2019
Prise en charge des frais de formation possible: 
Oui
Contact de l'action de formation: 

URFIST de Paris (17 Rue des Bernardins 75005 Paris)

Nom: 
URFIST de Paris
Adresse: 
17 Rue des Bernardins
Code postal: 
75005
Ville: 
Paris
Téléphone fixe: 
01 43 26 85 22
Web: 
http://urfist.chartes.psl.eu
Région: 
Île-de-France
Organisme formateur: 
URFIST de Paris
Organisme de formation: 
URFIST de Paris
Domaine - NSF: 
325
Domaine - Rome: 
32214
Niveau à l'entrée en formation: 
Information non communiquée
Niveau à l'entrée en formation obligatoire: 
Non
Formation certifiante: 
Non
Rythme de la formation: 
Temps plein
Modalités d'entrée sortie: 
Entrées / sorties à dates fixes
Langue utilisée lors de la formation: 
Français