Identification de la formation
Code de formation: 
2021-8928
Domaine - Formacode: 
information scientifique et technique

Toute personne souhaitant participer à cette session pratique est invitée à s'inscrire également sur la journée d'introduction théorique. Dans le cas contraire, l'inscription sera refusée.

Présentation, exercices, pratique libre et échanges autour des bases de données bibliométriques suivantes :

- Web of Science
- Scopus
- Google Scholar

Vous aurez la possibilité de prendre du temps en fin de session pour travailler un peu sur les données de votre unité de recherche ou établissement.

N'hésitez pas à apporter des exemples de vos livrables et rapports bibliométriques, et venez avec vos interrogations concrètes !

NB : SciVal, le JCR et InCites ne seront pas manipulés.

ÉVALUATION
- avant la formation = prise en compte par les participants des pré-requis spécifiques à la formation
- après la formation = évaluation de la satisfaction via le questionnaire fourni en fin de formation

Contenus pédagogiques
Objectifs: 
Merci de noter que la tenue de ce stage en présentiel dépend de l'évolution de la situation sanitaire. Bibliométrie, scientométrie, infométrie, webométrie… Tous ces termes ont un suffixe commun, qui renvoie à l’idée d’une mesure, d’une quantité, d’un dénombrement, associée ou appliquée à la recherche scientifique. Mais que cherche-t-on à dénombrer au juste ? Et surtout, dans quel(s) but(s) ? Depuis son « invention » dans les années 1960, la bibliométrie a suscité de nombreux débats, au sein de la communauté scientifique mais aussi parmi les décideurs politiques, les financeurs de la recherche, et même le grand public. En cause : son association quasi-systématique avec la notion d’évaluation de la recherche, dont les principes n’ont cessé d’évoluer depuis ces dernières décennies. Pourtant, la bibliométrie est avant tout une méthode, une boîte à outils objective et neutre, dont les multiples usages peuvent servir à toute autre chose qu’à évaluer une revue, une institution, un chercheur. Cette formation vise à revenir sur ce qu’est la bibliométrie, sous l’angle spécifique des sciences exactes et appliquées, afin de mieux envisager son articulation avec l’évaluation quantitative de la recherche française. Elle en présentera les principaux outils, modèles et indicateurs, au-delà du bien connu facteur d’impact ; et abordera également ses limites, les controverses qui agitent ce domaine, et les modèles alternatifs qui commencent à apparaître. Le domaine des Lettres et Sciences humaines ne sera pas abordé, et les Sciences sociales ne le seront que très marginalement (sciences économique, psychologie clinique uniquement). En effet, les modèles en vigueur sont surtout adaptés au secteur des sciences exactes et appliquées et médecine. À la fin de la formation complète (partie théorique + pratique), le stagiaire sera capable de : - Retracer l’historique de la bibliométrie en tant que domaine de recherche, et ses relations avec la recherche scientifique telle qu’elle est pratiquée en STM - Expliquer comment la recherche scientifique est actuellement évaluée en France, et pourquoi la bibliométrie peut être considérée comme un outil utile à ses pratiques - Citer les principaux indicateurs, jeux de données et outils bibliométriques existants, en comprenant leur fonctionnement, leurs applications et leurs limites - Expliquer l’impact de la science ouverte sur les pratiques bibliométriques et sur l’évaluation de la recherche - Présenter les réactions et nouvelles tendances en matière d’évaluation de la recherche - Citer les principales métriques alternatives et les utiliser - Naviguer dans les bases de données Web of Science et Scopus et utiliser leurs fonctionnalités de base [SciVal, le JCR et InCites ne seront pas manipulés]
Public visé: 
tout public
Résultats attendus de la formation: 
Merci de noter que la tenue de ce stage en présentiel dépend de l'évolution de la situation sanitaire. Bibliométrie, scientométrie, infométrie, webométrie… Tous ces termes ont un suffixe commun, qui renvoie à l’idée d’une mesure, d’une quantité, d’un dénombrement, associée ou appliquée à la recherche scientifique. Mais que cherche-t-on à dénombrer au juste ? Et surtout, dans quel(s) but(s) ? Depuis son « invention » dans les années 1960, la bibliométrie a suscité de nombreux débats, au sein de la communauté scientifique mais aussi parmi les décideurs politiques, les financeurs de la recherche, et même le grand public. En cause : son association quasi-systématique avec la notion d’évaluation de la recherche, dont les principes n’ont cessé d’évoluer depuis ces dernières décennies. Pourtant, la bibliométrie est avant tout une méthode, une boîte à outils objective et neutre, dont les multiples usages peuvent servir à toute autre chose qu’à évaluer une revue, une institution, un chercheur. Cette formation vise à revenir sur ce qu’est la bibliométrie, sous l’angle spécifique des sciences exactes et appliquées, afin de mieux envisager son articulation avec l’évaluation quantitative de la recherche française. Elle en présentera les principaux outils, modèles et indicateurs, au-delà du bien connu facteur d’impact ; et abordera également ses limites, les controverses qui agitent ce domaine, et les modèles alternatifs qui commencent à apparaître. Le domaine des Lettres et Sciences humaines ne sera pas abordé, et les Sciences sociales ne le seront que très marginalement (sciences économique, psychologie clinique uniquement). En effet, les modèles en vigueur sont surtout adaptés au secteur des sciences exactes et appliquées et médecine. À la fin de la formation complète (partie théorique + pratique), le stagiaire sera capable de : - Retracer l’historique de la bibliométrie en tant que domaine de recherche, et ses relations avec la recherche scientifique telle qu’elle est pratiquée en STM - Expliquer comment la recherche scientifique est actuellement évaluée en France, et pourquoi la bibliométrie peut être considérée comme un outil utile à ses pratiques - Citer les principaux indicateurs, jeux de données et outils bibliométriques existants, en comprenant leur fonctionnement, leurs applications et leurs limites - Expliquer l’impact de la science ouverte sur les pratiques bibliométriques et sur l’évaluation de la recherche - Présenter les réactions et nouvelles tendances en matière d’évaluation de la recherche - Citer les principales métriques alternatives et les utiliser - Naviguer dans les bases de données Web of Science et Scopus et utiliser leurs fonctionnalités de base [SciVal, le JCR et InCites ne seront pas manipulés]
Modalités d'alternance: 
pas d'alternance
Conditions spécifiques: 
Savoir utiliser un navigateur internet Avoir des notions sur le fonctionnement de la recherche en France Avoir suivi la formation théorique d'introduction à la bibliométrie
Déroulement du stage
Modalités d'enseignement: 
Formation entièrement présentielle
Durée (heures): 
6 heures
Période de formation: 
Ve, 28/05/2021
Inscription
Période d`inscription: 
Ve, 28/05/2021 - Je, 27/05/2021
Prise en charge des frais de formation possible: 
Oui
Contact de l'action de formation: 

URFIST Occitanie (118 route de Narbonne 31062 Toulouse)

Nom: 
URFIST Occitanie
Adresse: 
118 route de Narbonne
Code postal: 
31062
Ville: 
Toulouse
Téléphone fixe: 
05 62 25 00 82
Courriel: 
urfist@univ-toulouse.fr
Web: 
urfist.univ-toulouse.fr/
Région: 
76
Domaine - NSF: 
325
Domaine - Rome: 
32214
Niveau à l'entrée en formation: 
Information non communiquée
Niveau à l'entrée en formation obligatoire: 
Non
Formation certifiante: 
Non
Rythme de la formation: 
Temps plein
Modalités d'entrée sortie: 
Entrées / sorties à dates fixes
Langue utilisée lors de la formation: 
Français